Webmaster - Infos
Station météo
Records
Climatologie
Graphes
Dossiers
Feux de forêt - D.F.C.I dans l'Aude
La lutte contre les feux de forêts repose sur une dissuasion crédible ainsi que sur la détection et l'attaque rapide des feux naissants. Le fonctionnement des réseaux de détection (vigies et patrouilles), de transmission et de traitement de l'alerte (PC Forêt - CTA) conditionne dans des proportions importantes les délais d'intervention des moyens de lutte.

 

 
Pour atteindre ces objectifs, un dispositif départemental de prévention des incendies de forêts a été créé depuis 1987. Il repose sur:
-un réseau de vigies réparties sur l'ensemble de la zone sensible.
-Des patrouilles forestières ONF qui quadrillent le territoire et coordonnent sous la responsabilité du PC Forêt, l'activité opérationnelle de l'ensemble des éléments du dispositif préventif présents sur le terrain.
-Des patrouilles armées de prévention dont les missions s'exercent sur des secteurs limités et qui sont en mesure de procéder à l'extinction des feux naissants peu étendus et de faible puissance.
-Un organe de pilotage de l'ensemble des éléments qui composent le dispositif préventif: le PC Forêt. (Les patrouilles représentent en outre un vecteur intéressant d'éducation et d'information du public, en particulier en matière d'emploi du feu et de débroussaillement autour des habitations.)
Objectif des patrouilles: Le but à atteindre en matière de prévention incendie est qu'un incendie banal ne dégénère en grand feu.
L'effet recherché est donc de réduire au minimum le temps entre l'alerte et les premières mesures de lutte.
La rapidité d'intervention est un élément fondamental du succès de la lutte contre les incendies de forêt en région méditerranéenne. C'est pourquoi il est essentiel que tous les feux soient détectés dès leur apparition. L'idéal serait que les premiers moyens de lutte soient sur place dans les cinq à dix minutes qui suivent l'éclosion du feu, en particulier les jours de risques très sévère.
Pour le département de l'Aude, plusieurs réseaux de détection existent et doivent intervenir de manière complémentaire pour atteindre cette rapidité, dans la détection et l'attaque des feux naissants.
La surveillance des forêts en période de risques d'incendies est assurée par un dispositif terrestre composé de vigies et de patrouilles dont l'action peut être complétée par les mobilisations systématiques et, en cas de risque très sévère, par des détachements d'intervention préventifs. Ce dispositif terrestre est complété par un dispositif de guet armé aérien au cours des périodes à haut risques d'incendies.
-Les vigies sont au nombre de 19.
-La patrouille terrestre a regroupée, en 2013, 9 patrouilles forestières et 19 véhicules 4X4 armés, soit 28 unités élémentaires.
-Les mobilisations systématiques du SDIS et les détachements d'intervention préventifs stationnent sur des points stratégiques . Ils interviennent sur ordre du CTA et relaient les moyens préventifs sur les sinistres ayant pris de l'ampleur ou susceptibles de le faire.
-Des moyens aériens inter-régionaux sont mis en œuvre chaque été dans le département: Deux trackers sont basés sur l'aéroport de Salvaza (Carcassonne) et des Canadairs stationnés à Marignane ou en Corse sont prêts à intervenir à tout moment.
Les trackers sont des avions bombardiers d'eau d'une capacité de 3300 litres, remplis de retardant destiné à rendre la végétation moins combustible et à ralentir la propagation de l'incendie. Ils effectuent leur remplissage au sol, sur des installations fixes appelées pélicandrome et sont utilisés en priorité pour le guet aérien armé et l'attaque des feux naissants. Ils effectuent leur mission toujours en binôme.
Dans le cas de foyers devenus importants, des Canadairs venant de la base de Marignane ou de Corse peuvent intervenir en l'espace de 45 minutes. Les Canadairs qui sont des hydravions effectuent leur remplissage en vol. Les soutes, d'une capacité totale de 6000 litres sont remplies sur des plans d'eau suffisamment importants, (dans l'Aude: la mer, l'étang de Bages, les lacs de la Ganguise ou de Montbel). L'écopage s'effectue en moins de 10 secondes à une vitesse de 110 km/h. Autre différence avec les trackers, les Canadairs attaquent les feux de façon directe. Ils larguent leur chargement à une vitesse de 200 km/h à 30 mètres du sol. Ils interviennent généralement par groupe de quatre en noria.
Sur les incendies importants, afin de diriger au mieux les secours, le département peut également avoir recours à "Hélico 11", appareil de type Eurocopter EC 135 loué à la compagnie Hélicoptères de France par le Conseil Général de l'Aude et le SAMU.
EC135T1
 
Plan ALARME:
Le déclenchement du plan ALARME est basé sur l'analyse des prévisions météorologiques qui sont communiquées au Centre Opérationnel d'incendie et de Secours de l'Aude par Météo France.
En fonction de plusieurs indices, les services météorologiques procèdent à un classement des secteurs météorologiques du département en fonction de l'intensité du risque prévisible selon l'échelle suivante:
Faible La zone est peu sensible au feu. Le danger météorologique d’éclosion est très faible. L’éclosion d’un feu est improbable.
Léger La zone est légèrement sensible au feu. Dans l’hypothèse où un feu prendrait, celui-ci se propagerait à une vitesse relativement faible.
Modéré La sensibilité au feu de la zone augmente. Elle devient modérée. En cas de feu, celui-ci se propagera avec une vitesse modérée.
Sévère La zone est sensible au feu.
Deux cas principaux :
- Le départ d’un feu est peu probable. Toutefois, en cas de départ, le feu pourrait se propager avec une vitesse élevée. Ce cas est rencontré dans des situations où l’humidité de l’air est élevée avec un vent fort.
- Le danger météorologique d’éclosion est important. En présence d’une cause de feu, le départ de feu est probable. La vitesse de feu pourrait être assez forte. Ce cas est rencontré dans des situations où l’humidité de l’air est faible.
Très sévère La zone est très sensible au feu. Le danger météorologique d’éclosion est élevé. Toute flamme ou source de chaleur risque donner un feu se propageant à une vitesse élevée.
Exceptionnel La zone est extrêmement sensible au feu. Le niveau de sécheresse est extrême. Le danger d’éclosion est très élevé. Toute cause de feu risque de donner un feu de très forte intensité, se propageant à une vitesse extrêmement rapide.

PC forêt-SDIS 11

 

 


Date de création : 11/01/2008 - 17:15
Dernière modification : 20/09/2013 - 14:40
Catégorie : Feux de forêt
Page lue 8119 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Risque Incendie zone 7
Du 15 mai au 15 octobre:
Emploi du feu interdit à l'intérieur
et à moins de 200 mètres des
espaces naturels combustibles
dans tout le département
(arrêté préfectoral)
Visites

En 2014 :

   visiteurs

Actuellement:

   visiteurs en ligne

Record:

   

Visiteurs simultanés

Le 13/01/2011 @ 08:55

Calendrier
W3C CSS Meric Graphisme © 2007 - Licence Creative Commons
^ Haut ^